claire angelini-lab gesch.

 

Laboratorium Geschichte (Laboratoire Histoire) projet issu d’une collaboration avec Eva Diamantstein, poète et metteur en scène allemande, a été l’occasion entre 2001 et 2005 d’approfondir au sein de l’espace culturel, historique et linguistique allemand, une réflexion sur les rapports entre l’art et l’histoire.

Il a donné lieu à différentes réalisations mettant en jeu l’histoire et l’archive dans leur rapport à l’hic et nunc du territoire allemand.



« Si ce crime nazi n’est pas élargi à l’échelle du monde entier, s’il n’est pas entendu à l’échelle collective, l’homme concentrationnaire de Belsen qui est mort seul avec une âme collective et une conscience de classe, celle-là même avec laquelle il a fait sauter le boulon du rail, une certaine nuit, à un certain endroit de l’Europe, sans chef, sans uniforme, sans témoin, a été trahi. Si l’on fait un sort allemand à l’horreur nazie, et pas un sort collectif, on réduira l’homme de Belsen aux dimensions du ressortissant régional. La seule réponse à faire à ce crime est d’en faire un crime de tous. De le partager. De même que l’idée d’égalité, de fraternité. Pour le supporter, pour en tolérer l’idée, partager le crime. »


Marguerite Duras, La Douleur, 1985

claire angelini

HISTOIRE      POLITIQUE      EMPREINTE      TERRITOIRE                      CLAIRE ANGELINI